accueil > enseigner > Coévolution

Coévolution

Les organismes ne vivent pas de façon isolée et dans un monde abiotique, mais ils interagissent constamment et de différentes manières avec leur congénères et avec des individus étrangers à leur espèce. Ces interactions causent souvent une pression de sélection réciproque entre les organismes concernés. Prenons par exemple l’espèce A et l’espèce B. Supposons de plus que l’espèce A exerce une pression de sélection sur l’espèce B, et que par conséquent les organismes de l’espèce B se modifient évolutivement et exercent alors en revanche une pression de sélection sur l’espèce A. Dans ce cas on parle de ‘coévolution’.
L’exemple le plus répandu d’un tel processus coévolutif se manifeste dans l’impressionnante diversité des plantes à fleurs et de leurs pollinisateurs spécifiques.
Dans le cas d’une adaptation réciproque entre fleurs et pollinisateurs, il s’agit d’un processus coévolutif et mutualiste ; le résultat en est souvent une symbiose entre les espèces concernées. En revanche, les relations entre parasite et hôte ou entre prédateur et proie sont des exemples pour une évolution antagoniste. Cette forme de coévolution peut aboutir dans une « course aux armements » évolutive lors de laquelle un côté améliore constamment ses moyens de défense ou ses possibilités d’évitement, tandis que l’autre côté est obligé de concevoir des moyens d’infection ou des stratégies de chasse plus efficaces. Par cette multitude d’interactions, le changement évolutif est poussé constamment en avant.

Savoir

Matériel de cours

Renseignements méthodiques et didactiques

Partenaires

Canopé Ludwig Maximilians Universität München Centre National de la Recherche Scientifique Westfälische Wilhelms Universität Münster